Ce patron a payé 1 million $ pour faire venir des réfugiés syriens au Canada


Quand Jim Estill a vu les horreurs de la guerre civile syrienne à la télévision, il a décidé de faire quelque chose pour aider.

Un homme d'affaires canadien prospère, il s'est engagé à permettre aux réfugiés syriens de s'établir au Canada, tout simplement parce que "c'était la bonne chose à faire".

C'était en 2015, et bien que le gouvernement canadien était en train de mettre en place un programme officiel pour accueillir les personnes fuyant la Syrie, Jim était frustré par tous les retards.

"Je pouvais voir la crise se produire en Syrie, et je ne pensais pas que les gouvernements occidentaux faisaient les choses assez vite", a déclaré l'homme de 62 ans à la BBC News.

Jim a donc décidé de prendre les choses en main. Il dépenserait 1,5 million de dollars canadiens (1,1 million $) de son propre argent pour faire venir des réfugiés syriens du Moyen-Orient à sa ville natale de Guelph, en Ontario.


Il a pu le faire grâce à un programme canadien appelé Private Sponsorship of Refugees Program. Introduit il y a 41 ans, à l'origine pour aider les personnes fuyant la suite de la guerre du Vietnam, il permet aux simples citoyens d'accueillir et d'installer des réfugiés au Canada. Le problème, c'est qu'ils doivent s'engager à couvrir les dépenses des nouveaux arrivants pour la première année.

Jim a donc payé pour une 50 premières familles syriennes de déménager à Guelph (135 000 habitants). En accueillant certains dans sa propre maison, il a également rassemblé des groupes religieux et 800 bénévoles à travers la ville. Les gens fournissaient des chambres d'amis ou aidaient à trouver des appartements vides. 


Il a également pu donner à 28 réfugiés un emploi à temps plein dans la société qu'il possède et dirige, la société canadienne d'appareils électroménagers Danby. Pour les autres Syriens, Jim a fourni les garanties financières nécessaires pour leur permettre de mettre en place des boutiques dans la ville et de lancer d'autres entreprises.

Jim a maintenant aidé 89 familles syriennes, soit plus de 300 personnes. "Ces familles veulent juste être heureuses, comme tout le monde. Elles veulent un avenir sans peur ni violence. Et nous devrions les accueillir, dans la mesure où 99,9% des Canadiens sont des immigrants, d'une certaine manière également", dit-il.


Voir aussi : Il n'avait pas d'ordinateur dans son enfance. Maintenant il est PDG de Google

Articles les plus consultés