21/03/2019

Ce pays vous laisse prendre six mois de congé pour créer votre propre entreprise


Daniella Sjoqvist avait 28 ans lorsqu'elle a décidé de travailler à temps plein sur son business.

Elle aurait peut-être été nerveuse, sauf qu'il y avait un facteur important en sa faveur: elle avait un emploi en attente si tout échouait.

Le gouvernement suédois, l’employeur de Daniella, lui avait donné 6 mois de congé pour concrétiser son idée d’entreprise avec la garantie que son travail l’attendrait si elle choisissait de revenir.

"J’avais déjà démarré mon entreprise, enseignant les langues en parallèle pendant que je travaillais, mais c’était plus un passe-temps que un travail", a déclaré Daniella à CNBC. La pause "m'a permis de saisir l'occasion de travailler à plein temps sur mon entreprise", dit-elle.

Six mois plus tard, l'académie de langues en plein essor de Daniella avait vu son nombre de clients plus que tripler, ce qui lui donnait la confiance nécessaire pour quitter définitivement son poste dans l’administration et devenir son propre patron.

Un pays d'entrepreneurs

Cela peut sembler un scénario improbable, mais Daniella n’est pas un cas isolé. Elle fait partie des milliers de travailleurs qui ont profité d'une initiative suédoise sur le lieu de travail conçue pour encourager l'esprit d'entreprise.

En Suède, le programme d'absence pour entrepreneurs permet aux employés à temps plein et permanents de prendre six mois pour se consacrer pleinement à leur activité, sachant qu'ils peuvent reprendre leur travail, ou un travail similaire, une fois la période est terminée.

Le congé - connu localement sous le nom de tjänstledighet - est généralement non rémunéré et ne peut être utilisé par les employés qu'une seule fois par employeur. Il permet aux bénéficiaires de conserver leur ancien emploi tout en concrétisant leur idée - un luxe rare pour les futurs entrepreneurs qui souhaitent se lancer en affaires.

Les employeurs ne sont autorisés à rejeter la demande que s'il existe des raisons opérationnelles importantes ou si la nouvelle entreprise est considérée comme un concurrent direct.



LISEZ ÉGALEMENT