...

13/10/2015

L’histoire vraie de milliardaire syrien : Mohed Altrad

Mohed Altrad est l’un des hommes d’affaires les plus prospères de la planète, il est né dans une tribu bédouine en Syrie sans connaître la date exacte de sa naissance.

Sa mère meurt à sa naissance dans le désert syrien. Il est élevé par sa grand-mère dans la pauvreté et était interdit d’aller à l’école jusqu’à l’âge de 10 ans. Mais sa soif de réussite lui permet tout de même de décrocher une bourse à l’âge de 17 ans pour parfaire ses études en France. Sa carrière de patron commence dans les années 80 après le rachat d’une entreprise d’échafaudage en faillite.

Aujourd’hui, le magazine économique Forbes estime la fortune de Mohed Altrad à 1,01 milliard $ en 2015. Sans oublier le prix mondial de l’entrepreneur de l’année 2015 qu’il a remporté.

Mohed Altrad dans le jardin de son château

Voici le parcours extraordinaire de Mohed Altrad, le bédouin syrien qui est devenu milliardaire.

      
Mohed Altrad ne sait pas son âge exact, mais il pense qu’il est né entre 1948 et 1951, au désert près de la ville syrienne Racca. Le père d’Altrad était un chef de tribu nomade en Syrie et sa mère était pauvre.

Étant bédouin, il n’a pas accès à l’école et apprend à lire seule, Il parvient à faire ses études à Racca, qui est maintenant la capitale officieuse de l’État islamique.

Il obtient son baccalauréat à l’âge de 17 ans, et finir le premier dans la région, cela lui permet de gagner une bourse du gouvernement syrien pour étudier en France.

“Je n’avais pas un rêve particulier à l'époque,“ dit-il. “Seulement l'ambition de ne pas accepter mon destin initial.“

En 1969, Altrad est arrivé à Montpellier, France. Il a passé quelques mois à apprendre le français, mais quand il a commencé ses études en physique et en mathématiques à l'Université de Montpellier, il pouvait comprendre seulement un dixième de ce que disent les professeurs à cause de la langue.

Au moment qu’il a déménagé à Paris dans les années 70 pour obtenir son doctorat en informatique, il parlait couramment la langue et épouse une française qui était aussi à l'université. Pendant ses études, il a travaillé comme ingénieur pour des entreprises de technologie, ce qui l'a aidé à se qualifier pour la nationalité.

Il a ensuite passé quatre ans à Abu Dhabi, travaillant pour la compagnie pétrolière nationale. Il était en mesure d’épargner plusieurs centaines de milliers de dollars au moment où son contrat a pris fin en 1984. De retour à Paris, il fonde avec trois amis une société qui fait des ordinateurs portables. Altrad a rapidement vendu son entreprise et encaisser environ 600.000 $ grâce à la transaction, mais il ne savait pas quoi faire avec cet argent.

En 1985, un voisin a demandé s’il serait intéressé à acquérir un fabricant d'échafaudage en faillite. L'entreprise de 200 personnes, Méfran, était en difficulté. Bien qu'il ne sache pas cette industrie, les principes comptables de base ou même le mot "échafaudage", Altrad a décidé d'acheter la société avec Richard Alcock, un ami britannique d’Abu Dhabi qui avait été un partenaire dans le lancement de leur entreprise informatique.

Mohed Altrad est élu meilleur entrepreneur mondial de l'année 2015

“Il était une chose intuitive“, explique Altrad. “Je voyais que le produit était très utile, car vous avez besoin d'échafaudages dans tous les secteurs: la construction, les raffineries, les aéroports.“

Mohed Altrad a investi toutes ses économies dans l’entreprise. En un an, la société faisait un petit bénéfice et le lancement de filiales en Espagne et en Italie.

“Il n'a jamais parlé de ses ambitions“, se souvient son partenaire Richard Alcock. “L'objectif était juste de devenir plus grand“. Pour cela. Altrad a décidé de diversifier son activité en achetant une société française qui a fait des gants chirurgicaux.

"Très vite, j’ai compris qu'il était une erreur", dit Altrad. "Une de nos forces est d'être vraiment concentré sur notre cœur de métier." Il a vendu l'entreprise, et se lancer dans les bétonnières, les outils de construction et d'autres produits qui attirent la même clientèle que les échafaudages.  

En 2003, son entreprise avait une base solide, avec 21 filiales générant 130 millions $ en chiffre d’affaires annuel. Le siège social du Groupe Altrad se situe dans son château à Montpellier, le groupe compte 1 millions de clients et 7.000 employés. Seules 25 personnes y travaillent, et Mohed Altrad n'a même pas une assistante.  

“J'aime la liberté et je veux les gens qui travaillent pour moi d'être libre“, dit-il. “Nous sommes d'accord sur quelque chose, et il est à tout le monde de le faire à sa manière, mais en coordination avec les autres.“

Depuis 2011, le Groupe Altrad a fait 22 acquisitions, y compris des entreprises au Qatar et au Maroc, avec l'intention d’élargir dans le monde entier. De toute façon, Altrad ne désire pas que son entreprise entre en bourse, car selon lui, cela va heurter la liberté de l’entreprise qu'il chérit.

Altrad est aussi écrivain et président du club de rugby de Montpellier, il a écrit un livre “Badawi“ qui signifie bédouin en arabe, publié en 1994 et révisé en 2002. Badawi est une autobiographie à propos de lui. Il écrit souvent avant l'aube, quand il ne peut pas dormir. “Parfois, la vie est difficile,“ dit Altrad. “Certaines personnes font du sport, font l'amour ou de boire. Je dois écrire“.

Le livre a été bien accueilli par le public et a remporté un prix littéraire en 2003. En 2012, l'Académie de Montpellier a recommandé le roman dans son programme d'études dans les écoles régionales.


Article publié par Argentaire.com


LISEZ ÉGALEMENT

...